Le guide de la maison neuve

Maison neuve RT 2012 ou RE 2020 : quelle solution de chauffage adopter ?

Vous souhaitez faire construire une maison individuelle par un constructeur CCMI (Constructeur Concepteur de Maisons Individuelles) ? Vous avez pour projet d'acheter une maison neuve en VEFA (Vente en l'Etat Futur d'Achèvement) ? Dans un cas comme dans l'autre, vous aurez à choisir le système de chauffage qui devra équiper sa maison neuve.

Toute nouvelle construction immobilière a l'obligation de se conformer à la Réglementation Thermique ou la Réglementation Environnementale en vigueur (la RT 2012 depuis le 1er janvier 2013, et la RE 2020 à compter du 1er janvier 2021). Notons que pour le chauffage, le recours aux énergies renouvelables (pompe à chaleur, poêle à bois, chaudière gaz à condensation, etc.) constitue l'une des nombreuses exigences des réglementations actuelles et futures.

Alors, quelle solution de chauffage adopter pour votre maison neuve ? Quelles sont les exigences de la RT 2012 et de la RT 2020 (ou plus exactement de la RE 2020, pour Réglementation Environnementale 2020)en matière de chauffage ? Nous faisons le point.

quel-chauffage-choisir-pour-une-maison-neuve

Système de chauffage : les exigences de la RT 2012

En construction neuve, la Réglementation thermique 2012 impose une exigence d'efficacité énergétique minimale du bâti pour le chauffage, avec obligation de recours à au moins une énergie renouvelable.

Il faut également savoir que, pour que votre maison neuve soit conforme à la norme RT 2012 (Réglementation thermique 2012), sa consommation en énergie primaire (Cep) ne doit pas dépasser les 50 kWh/ep/m² par an en moyenne. Plusieurs postes de consommation d'énergie sont pris en compte dans le calcul de l'indice Cep d'un bâtiment : chauffage, climatisation, eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (ventilateurs, pompes).

Notons que l'énergie primaire est une forme d'énergie disponible dans la nature avant toute transformation. C'est l'énergie contenue dans les ressources naturelles comme le bois, le gaz naturel, le pétrole non raffiné, etc. Cette énergie peut, soit être utilisable immédiatement pour, entre autres, se chauffer (bois, gaz naturel, rayons solaires, etc.), soit nécessiter d'être transformée avant de pouvoir être utilisée dans nos maisons (par ex. : une chute d'eau servant à produire de l'électricité).

Pourquoi chercher à obtenir une bonne valeur Cep ?

Toutes les exigences de la RT 2012 influent bien sûr sur le choix du mode de chauffe, qui lui va déterminer la valeur du coefficient Cep. En d'autres termes, le type de chauffage choisi joue un rôle primordial dans la mise en conformité de la maison à construire, avec les réglementations en vigueur.

Et une bonne valeur Cep ouvre droit à l'obtention du :

  • permis de construire avant le début des travaux de construction ;
  • "certificat de conformité" de la construction aux exigences des réglementations en vigueur, un certificat délivré par la mairie.

Notons que la RT 2012 pose également des exigences en matière d'isolation thermique et de conception bioclimatique du bâtiment neuf, ceci afin que l'habitation réclame le moins de chauffage possible.

Etude thermique obligatoire avant le début du chantier

L'indice Cep figure parmi les trois principales exigences (Cep, Bbio et TIC) de la RT 2012, vérifiées par votre bureau d'études thermiques (BET).

Obligatoire, l'étude thermique doit être réalisée avant le début des travaux de construction de votre maison neuve. Elle vous aide à  :

  • faire les bons choix de matériaux et d'équipements dès la conception ;
  • monter un projet cohérent dans son ensemble.

En outre, faire réaliser une étude thermique par un BET vous permet d'obtenir un label de performance énergétique (RT 2012, RE 2020, etc.).

Vous souhaitez obtenir des aides financières (taux zéro, crédit d'impôt, TVA à taux réduit, etc.), pour financer votre projet de construction de maison ? Sachez que la détention d'un label est une condition sine qua non.

Le chauffage électrique est-il compatible avec la RT 2012 et la RE 2020 ?

Pour réussir à ne pas dépasser le plafond (Cep max) de 50 kWh/ep/m² par an imposé par la RT 2012, certaines solutions de chauffage, et plus particulièrement le chauffage électrique, sont à éviter avec la RT 2012, sauf en utilisation ponctuelle. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce type de chauffage consomme trop d'énergie primaire.

Précisons que l'électricité n'est pas une énergie primaire. C'est une énergie secondaire dont l'existence repose sur la transformation d'une énergie primaire.

Comprendre la conversion de l'énergie finale en énergie primaire (RT 2012 et RE 2020)

Dans une maison régie par la norme RT 2012, pour que vous puissiez consommer 1 kWh d'électricité, il faut l'équivalent de 2,58 kWh d'énergie primaire pour produire cette énergie électrique dans les centrales françaises, et pour vous l'acheminer. En d'autres termes, chaque kWh électrique consommé est multiplié par 2,58 dans une étude thermique RT 2012. Cette dernière ne prend en compte que l'énergie primaire.

Avec la RT 2012, le coefficient de "conversion de l'énergie finale en énergie primaire" est de 2,58 pour l'électricité. Alors qu'il n'est que de 1 (énergie primaire = énergie finale) pour les énergies fossiles, et de 0,6 pour le bois. Bref, le chauffage électrique se retrouve fortement pénalisé.

La RE 2020 préconise par contre l'abaissement du coefficient de conversion de l'énergie finale en énergie primaire à  2,3 au lieu de 2,58. Plus être plus clair, la réglementation environnementale se montre favorable au chauffage électrique ; ceci afin d'encourager les sources d'énergie, émettant peu ou pas de gaz à effet de serre, telles que l'électricité d'origine nucléaire ou renouvelable.

Bon à savoir : la RE 2020 mise sur les énergies renouvelables, ainsi que sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Son objectif étant de parvenir à la "neutralité carbone" d'ici 2050.

Avec la RT 2012, le chauffage électrique classique n'est pas conseillé

A moins d'avoir un bâtiment extrêmement bien isolé, donc nécessitant très peu d'effort de chauffe, le chauffage électrique classique par effet Joule (chauffe-eau électrique, panneaux ou planchers rayonnants) s'avère donc handicapant sous la norme RT 2012. Raison d'ailleurs pour laquelle cette solution a subi un net recul dès l'apparition de la RT 2012.

Il faut aussi savoir que bâtir un logement RT 2012 utilisant ce type de chauffage revient plus cher que de construire un logement identique se chauffant à l'aide d'autres types d'énergies, qu'ils soient fossiles ou renouvelables (bois, fuel, gaz, PAC, etc.).

Parmi les appareils qu'il est préférable d'éviter pour les maisons RT 2012 figurent :

  • les convecteurs électriques ;
  • les appareils électriques à effet Joule ;
  • le plafond, panneau ou plancher électrique.

Notons que les appareils de chauffage électriques par effet Joule sont très énergivores.

 quel-chauffage-choisir-pour-une-maison-neuve-2

Maison neuve RT 2012 ou RE 2020 : quelles solutions de chauffage adopter ?

Chauffer une maison neuve RT 2012

A vrai dire, la RT 2012 n'impose aucun équipement de chauffage en particulier. Elle exige par contre l'adoption d'une solution de chauffage utilisant au minimum une énergie renouvelable.

Il est donc, en principe, possible d'adopter la solution que l'on veut. A une seule condition : le système de chauffage choisi doit contribuer à maintenir l'indice Cep de la maison en deçà  du Cep max, fixé à 50 kWh/ep/m² par an.

Si vous optez pour la construction d'une maison neuve RT 2012, vous avez le choix parmi plusieurs systèmes de chauffage, entre autres :

  • la pompe à chaleur,
  • le chauffage solaire,
  • le poêle à granulés,
  • la chaudière gaz à condensation,
  • le plancher solaire direct (PSD),
  • le raccordement au réseau de chaleur.

Il existe 760 réseaux de chaleur en France. Pour savoir si vous pouvez en bénéficier, renseignez-vous auprès de votre commune.

Pour ce qui est de la chaudière gaz à condensation, elle constitue un des modes de chauffage les plus prisés en construction RT 2012. Cependant, la chaleur qu'elle produit provient de la combustion d'une énergie fossile. Aussi, pour que le bâtiment réponde aux exigences de la RT 2012, l'installation d'un matériel complémentaire utilisant une énergie renouvelable (panneaux solaires photovoltaïques ou hybrides, ballon d'eau chaude thermodynamique) est nécessaire.

Bon à savoir : Les énergies fossiles (fioul, pétrole, gaz, propane, etc.) ne sont pas recommandées en raison de leur coût élevé et de la pollution qu'elles engendrent.

Chauffer un logement neuf RE 2020

Quant à la RE 2020, elle recommande l'usage d'un maximum d'énergies renouvelables, pour le chauffage, la production d'eau chaude sanitaire et la production d'électricité.

L'objectif est de limiter les dépenses énergétiques pour le chauffage à 12 kWh/ep/m²/an au maximum. Ceci afin de réduire aussi bien la facture d'énergie que les émissions de gaz à effet de serre par la maison lors de son exploitation.

Notons que la RE 2020 repose sur le principe des bâtiments à énergie positive (BEPOS), qui produisent plus d'énergie qu'ils n'en consomment. Elle vise également de zéro gaspillage d'énergie, en incitant à une évolution des comportements pour consommer moins et plus efficacement.

Les solutions de chauffage possibles

Que vous optiez pour la construction d'une maison RT 2012 ou d'un logement RE 2020, vous pouvez l'équiper, entre autres, de :

  • Une pompe à chaleur air-eau (PAC air-eau) sur plancher chauffant, qui offre du chauffage central et un confort thermique incomparable (le plancher est toujours tiède). Elle offre la possibilité de produire de l'eau chaude sanitaire. Il s'agit d'une solution très économique, avec un COP (voir plus bas) pouvant dépasser 5, soit 1 kWh de chaleur pour 3 centimes d'euros.
  • Une pompe à chaleur air-air (PAC air-air), qui assure le chauffage central, la chaleur étant diffusée dans l'air via des bouches de soufflage posées dans le plafond. Cependant vous pouvez avoir la sensation de déplacement d'air. Le COP est d'environ 4, soit 1 kWh de chaleur pour 4 centimes d'euros.
  • Un poêle à granulés, qui est un chauffage d'appoint et une solution bon marché à l'acquisition. L'entretien annuel est obligatoire, ainsi qu'un second ramonage pendant la saison de chauffe (total d'environ 200 €/an). Le rendement est autour de 90 %, soit 1 kWh de chaleur pour environ 7 centimes.
  • Un chauffage solaire (système solaire combiné), qui assure le chauffage et de l'eau chaude sanitaire, d'ou résulte la nécessité d'un chauffage d'appoint (chaudière électrique, pompe à chaleur, chaudière bois, appoint électrique intégré au ballon, etc.). En utilisant un appoint électrique, le prix de 1 kWh de chaleur reviendrait aux alentours de 8 centimes d'euros.

Notons que le COP (Coefficient de Performance) représente la production de chaleur pour 1 kWh d'électricité (payante) consommé. Un COP de 4 équivaut donc à  une production de 4 kWh de chaleur pour 1 seul kWh d'électricité consommé. Soit un rendement de 400 % ! A titre d'exemple, avec un kWh d'électricité à 16 centimes, le kWh de chaleur reviendrait donc à 4 centimes, pour un COP de 4. Un prix très abordable !

Afin d'anticiper l'évolution des réglementations thermiques ou environnementales, il est recommandé d'adopter une solution de chauffage utilisant les énergies renouvelables.

Bon à savoir : une pompe à chaleur très performante peut atteindre un COP de 7. Le coût de 1 kWh de chaleur s'élève alors à environ 2,3 centimes d'euros !

Nous vous recommandons également ces autres pages :